Archive pour le mot-clef ‘Paris’

Les anges déchus de Robert Combas

Mercredi 9 juin 2010

La fin en boucle © Robert Combas

Plus que quelques jours pour voir Sans filet, les Goulamas sont dans le trou dans l’espace parisien de la galerie Guy Pieters.
C’est le thème de la chute, sans filet cela va de soi, qu’a choisi Robert Combas pour cette exposition grandement inspirée par le Paradis Perdu, poème épique de John Milton.
Et les Goulamas, qu’es acò ? me direz-vous. En occitan, ce sont des personnes peu soignées. Dans les peintures de Robert Combas, elles deviennent anges rebelles précipités en enfer, mais qui n’ont pas dit leur dernier mot.

Galerie Guy Pieters, Paris
Robert Combas
Sans filet, les Goulamas sont dans le trou

08.05.2010 – 18.06.2010

Si vous aviez raté le film de Sylvain Bergère sur Robert Combas, vous pouvez d’ores et déjà noter dans vos calepins sa rediffusion sur ARTE le 24 octobre 2010.

There is no Moon without a Rocket

Vendredi 28 mai 2010

C’est joliment dit et ça laisse songeur. Mais c’est surtout le titre de la nouvelle exposition de Gilles Barbier, qui commence aujourd’hui à la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois à Paris. Les univers potentiels de l’artiste sont à explorer à travers ses magnifiques dessins et ses installations-sculptures. Du Monde en forme de tong au Monde motte de terre, l’immersion dans ses histoires tentaculaires ne pourra pas laisser indifférent.

GILLES BARBIER Vues de l’exposition « There is no moon without a rocket», galerie GP & N Vallois, Paris 28 mai - 31 juillet 2010

Galerie George-Philippe et Nathalie Vallois, Paris
Gilles Barbier
There is no Moon without a Rocket

28.05.2010 – 31.07.2010

Et pour info, vous pouvez voir un extrait du film sur Gilles Barbier, réalisé par Manuela Dalle, ici.

Dreamlands

Mardi 11 mai 2010

Florian Joye, Bawadi Desert gate, 2006 © Florian Joye, ecal

Expérimenter des fantasmes urbanistiques dans des projets ouverts à tous les possibles… Les urbanistes, artistes et autres penseurs de la ville ont pu le faire via les expositions universelles, les parcs d’attraction et les grandes foires internationales.
De Dreamland, dont on peut voir les vestiges à Coney Island, jusqu’à Dubaï, en passant par les mondes merveilleux de Las Vegas ou de Walt Disney, le Centre Pompidou accueille jusqu’au 9 août différents regards d’artistes sur ces « dreamlands » qui naviguent entre imaginaire et réalité. Plus de trois cent œuvres sont présentées. Parmi elles des photographies de Martin Parr, de Manit Sriwanishpoom, de Stéphane Couturier et de Florian Joye, des gouaches de Salvador Dalí, un film de Pierre Huyghe, des dessins de Rem Koolhas… De quoi s’en mettre plein les mirettes.

Manit Sriwanishpoom, Pink man in paradise : Notre-dame, 2002-2003 © Manit Sriwanichpoom / Galerie VU’ // © Manit Sriwanichpoom

Centre Pompidou, Paris
Dreamlands

05.05.2010 – 09.05.2010

La petite jungle des frères Bouroullec

Mercredi 28 avril 2010

© Paul TAHON / Ronan & Erwan BOUROULLEC - COURTESY GALERIE KREO

Non, vous ne sauterez pas de liane en liane et vous ne pourrez pas non plus escalader le mur de roches. Les lianes et les conques sont là pour vous éclairer et les roches font office d’étagères … Ce sont des objets en cuir, en fibre de verre et en anthracite créés pour l’occasion.
Grâce à la galerie Kreo, Ronan & Erwan Bouroullec peuvent montrer le résultat de leurs dernières recherches de designers. En toute délicatesse et sobriété.

© Paul TAHON / Ronan & Erwan BOUROULLEC - COURTESY GALERIE KREO

Galerie Kreo, Paris
Ronan & Erwan Bouroullec

24.04.2010 – 22.07.2010

Pour en savoir plus sur le travail de ces designers, vous pouvez revoir le film de Jérôme de Missolz sur le DVD Portraits de Designers, en vente sur ARTE boutique.

Wim Delvoye au Musée Rodin ?

Mardi 27 avril 2010

Vue de l’exposition Wim Delvoye © musée Rodin Photo Jérôme Manoukian © ADAGP, Paris, 2010

Vous connaissiez ses cochons tatoués et ses machines Cloaca ? Et bien, vous pouvez maintenant vous pencher sur un autre aspect de son travail : les arts décoratifs revisités.  Wim Delvoye est en effet l’invité du Musée Rodin à Paris jusqu’au 22 août. Il y investit la cour d’honneur et une partie de l’hôtel Biron avec des œuvres qui traversent les âges avec audace et se frottent gentiment au scandale.

Wim Delvoye, Gandagas A78522, 1988 - Courtesy Studio Wim Delvoye et Galerie Emmanuel Perrotin, Miami & Paris © ADAGP, Paris, 2010

Musée Rodin, Paris
Wim Delvoye

16.04.2010 – 22.08.2010

Et pour info, le film sur Wim Delvoye réalisé par Frédéric Le Clair est disponible sur le DVD Portrait de Plasticiens en vente sur ARTE boutique.

Wim Delvoye, Gate (maquette), 2008 Acier Courtesy Studio Wim Delvoye et Galerie Emmanuel Perrotin, Miami & Paris © ADAGP, Paris, 2010